Attention polémique: apprendre à dire bonjour avec ou sans bisous

J’ai lu un article cette semaine qui m’a laissée perplexe: Les enfants ne sont pas des distributeurs de bisous que tu peux lire sur Slate ici. Ayant à la maison une petite fille qui n’aime pas les distribuer, je n’ai rien trouvé de bizarre dans le titre.

A y regarder de plus près, il y a pourtant une grande contradiction: on voudrait que nos enfants soient des distributeurs de bisous. A nous, à la famille… C’est certes légitime car le bisous, c’est le signe de l’attachement. Mais il y a aussi le caractère à prendre en compte. Être tactile ou non, forcer ou non pour rentrer dans le moule et faire plaisir.

Vite, vite un câlin à Maman!

Vite, vite un câlin à Maman!

Des exemples tirés de mon vécu

Ma fille a deux mamies: il y en a une qu’elle voit souvent car nous habitons à côté. Avec le temps, elle a appris à la connaitre et n’est plus réticente au contact physique.  La seconde mamie, ma mère, habite plus loin alors on la voit plus rarement. J’avoue que ça me fait mal quand je vois que c’est seulement le dernier jour de visite par exemple où ma fille commence à accepter un rapprochement. J’essaye de créer un lien par d’autres activités partagées, dessin, pâte à modeler, histoires… En quoi un sourire, une main tendue, un éclat de rire partagé serait moins fort que le bisou? Ma fille a son caractère et je le respecte autant que possible. C’est la fine frontière entre apprendre les codes de la société avec un bonjour, au revoir et merci et l’irrespect de l’être humain qu’elle est et de son besoin de prendre le temps parfois de découvrir l’autre avant de le laisser entrer dans sa sphère privée (dont le contact physique).

J’ai une amie qui a eu un bébé il n’y a pas longtemps. A chaque fois qu’on se voit, je les regarde avec un sourire et tendresse en repensant à ma fille mais je n’ai pas encore pris son enfant de quatre mois dans les bras parce que je considère que ce n’est pas un objet et qu’elle ne m’a pas proposé. Même (voire surtout) un bébé a un ressenti avec les odeurs, les sons etc. Pourquoi le forcer à être baladé? Il est bien, assis entre nous, à détailler mon salon qu’il ne connait pas… A la lecture, tu comprends que je peux vite me sentir envahie. Oui, j’avoue! J’avoue sans mal. Et j’ai aussi eu un bébé qui a détesté être baladé de bras en bras, je parle de ce que je sais…

Aujourd’hui, ma fille a deux ans et demi et ce n’est toujours pas une grande tactile. Elle préfère jouer que faire des câlins mais elle a ses moments. Ouf! Au lever du lit, elle reste blottie contre moi jusqu’à ce que je l’amène sur le canapé pour le biberon, avant le coucher, nous faisons des histoires sous la couverture collée l’une  l’autre… Quand je l’observe pourtant, elle est très câline avec ses poupées, comme si c’était avant tout aux « grands » de prendre soin des petits et pas à eux de nous « rendre » quoi que ce soit. Après tout ils n’ont rien demandé!

Parlons de la polémique qui sévit en Grande-Bretagne: c’est une étude de l’association Sex Education Forum, qui milite en faveur d’une meilleure éducation sexuelle des enfants et des adolescents, qui a démontré qu’un ado sur trois n’avait pas eu d’info sur le fait que son corps lui appartient et que personne n’a le droit d’en disposer sans son accord. Et pour la responsable cela commence dès le plus jeune âge avec cette obligation qu’on impose à nos enfants à faire un bisou à la famille. Selon elle, en informer nos enfants dès le plus jeune âge permettrait de limiter les abus sexuels.

Première polémique: quand même, elle pousse en annonçant un lien entre le bisou forcé à mamie et l’abus sexuel, il y a un grand pas.

Certains la remettent en place en faisant appel à l’intelligence de l’enfant: «Les enfants et les adolescents sont parfaitement capable de faire la différence entre embrasser en toute conscience –parfois à contrecœur– un tata ou un tonton, et accepter des avances sexuelles.» Je pense malgré tout que mieux informer nos enfants permettrait dans des situations d’abus de ne pas se taire parce qu’on ne sait pas, parce qu’on n’ose pas, parce que « c’est un adulte et qu’il doit savoir »… La logique commence bien là: ne pas faire ce que l’on a pas envie, cela enlève la signification du geste. Il n’a plus de sens. Est-ce l’enfant qu’on doit éduquer ou soi-même?

Seconde polémique: il y a tout de même plus important comme combat.

C’est certain qu’il y a plus important que de parler du bisous aux papis et mamies mais après tout, pourquoi ne se charger que des causes les plus graves? Toute information est bonne à prendre.

Troisième polémique: sans bisou, plus de famille.

Là encore je reprends l’exemple de ma fille et de ses deux mamies. Le partage n’est pas dans le seul bisou. Un regard compte parfois plus, un câlin, l’envie exprimée d’aller voir mamie… On peut arriver vite à faire du chantage affectif «Fais un bisou sinon je ne t’aime plus» et là c’est du grand n’importe quoi! L’auteur de l’article Nadia Daam énonce une chose très juste: « Personne ne songerait à contraindre un adulte à en embrasser un autre ». Pourquoi imposer à nos enfants de faire ce qu’on ne fait pas et pire se contredire: « Tous les parents disent à leurs enfants de ne pas parler aux inconnus, de ne pas suivre le monsieur de la rue, de ne pas accepter de bonbons de n’importe qui, de ne pas se laisser toucher à l’école, au square, ou à la piscine par un adulte. » alors d’où vient ce bisou obligatoire pardi!?

J’adore son expression « Le bisou est un droit inaliénable ». L’affection n’est ni un droit ni un devoir. C’est un sentiment et un sentiment ne se contrôle pas et se démontre de différente manière selon les individus.

Et chez toi, c’est polémique?

Tu peux aussi être intéressé par le livre On ne touche pas ici pour sensibiliser autour des abus sexuels

D’autres neurones s’activent, c’est sur le site des Vendredis intellos

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

About these ads

6 réponses à “Attention polémique: apprendre à dire bonjour avec ou sans bisous

  1. Petite une de mes grands mères voulait toujours que je lui fasse un bisou en disant bonjour. Pour mes parents tant que je disais bonjour le bisou c’était que si je voulais on me forçait pas. Ma mamie me disait tu me fais un bisou sinon je vais pleurer… Et ce à chaque fois. Met un jour du haut de mes 2/3 ans je sais plus je lui dis : bah vas y t’as qu’à piorer (pleurer c’était dur à dire ^^)… Et ben elle a arrêté :)

  2. Intéressant cet article ! Ben pour moi ce qui est primordial, c’est qu’elle soit polie et dise bonjour au revoir et merci… Les bisous, c’est pas obligatoire, surtout qu’ici c’est plus un signe des mains jointes la norme (Cambodge). Par contre, ce qui me dérange quand même, ce sont les bisous sur la bouche des autres. Heureusement c’est fini, je trouvais ça trop intime et surtout je ne voulais pas que ça devienne une habitude. En revanche, pour les abus sexuels, j’ai déjà commencé, très simplement, mais pour moi elle est en âge de comprendre certaines choses, du genre mon corps est à moi et tout le monde n’y a pas accès !

  3. Merci pour ce billet, je suis complètement passée à côté de l’info. Il va falloir que je me renseigne. A priori, je peux comprendre les réactions, vu que les enfants et les adultes t’ont beaucoup moins tactiles ici qu’en France. On demande aux enfants d’être polis, mais pas vraiment de faire la bise. Ce n’est pas un réflexe comme en France. Bref, je suis un peu surprise aussi. A la limite, on demandera à l’enfant de donner un « hug », un câlin rapide à la tante qui pique ou à la mamie, mais rarement un bisou.

  4. Petit bonheur est très câlin et ravi de recevoir des bisous. Il ne veut par contre pas en donner! Je n’insiste pas, il nous témoigne son affection à travers tant d’autres gestes.
    Idem je lui propose de dire bonjour ou au revoir mais s’il ne veut pas (souvent parce qu’il est intimidé avec des inconnus ou membres de la famille que l’on voit peu) je ne le force pas. Il est de nature sociable et se lâche quand il est prêt.
    C’est lorsqu’ils sont plus grands que ça devient vraiment polémique, non?

  5. Je ne force jamais mes Minis! Et si un adulte insiste, je me mets bien en travers de son chemin pour protéger mes enfants.
    Par contre, obligation de dire bonjour!

  6. Merci pour se billet…
    Comme ta fille les miens sont réticents aux bisous aux grands-parents, ça énerve particulièrement les gd-parents mais à force d’insister c’est encore pire. Il passe souvent pour des mal polis des insociables parce qu’ils ne vont pas d’eux même vers les adultes… moi ça ne me gène pas, on ne peut pas avoir d’affinité avec tout le monde et on ne peut pas forcer un enfant qui aurait besoin d’un peu plus de temps pour se familiariser…

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s