femme-blonde-grossesse

Cette question qui revient : un second bébé ou une fille unique ?

J’aime regarder les autres mamans, cette lueur qu’elles ont dans les yeux pour leur enfant. Peut-être que je me l’imagine en tout cas, c’est l’émotion la plus belle qui existe. Celle qui nous permet de faire l’impossible. Justement en parlant d’impossible : un second enfant me semble impossible aujourd’hui. Ce n’est pas parce que notre vie est ultra rythmée (un à son compte, l’autre dans le tourisme avec un seul jour de congé), ni qu’on ne peut compter que sur nous (la famille est à 9 000 km), ni que l’avenir est incertain sur note situation (il l’est toujours en réalité)… Je ne saurais dire. J’ai toujours eu du mal à me dire que ma fille serait fille unique. J’ai aussi du mal à me dire que je dois à nouveau être enceinte, pardon, je devrais dire re-devenir baleine…

Lire la suite

parents - 1

Pourquoi cette culpabilité omniprésente des parents?

Je suis entourée de parents. Nous avons un point commun. Etre parents oui mais aussi quelques réflexions et questions autour d’un sentiment de culpabilité que nous éprouvons envers nos enfants.

Je ne parle pas ici de la culpabilité d’avoir mis au monde ma fille alors que le futur est plus qu’incertain : les retraites, la qualité de l’air, la qualité de ce qu’on mange, les espèces que l’on tue par plaisir, le manque de savoir-être pour l’avoir-à-tout-prix…

Le futur est toujours incertain : les précédentes générations ont eu sans doute cette même réflexion, la première guerre mondiale, puis la seconde… Il y avait de quoi être complètement peureux et sceptique.

J’estime faire ma part pour un monde meilleur, je pourrais faire mieux, on peut toujours faire mieux. J’ai décidé de ne plus m’auto-flageller. Oui, je prends l’avion. Sans doute ce qui impacte le plus mon environnement et fait monter mon bilan carbone. Je mange le lus local possible, j’achète des produits cosmétiques sans paraben et des produits d’entretiens écologiques le plus possible, j’essaye de donner des valeurs à ma fille. J’essaye de lui donner une qualité de vie au quotidien et de lui démontrer qu’on peut trouver un équilibre et être heureux. J’essaye pour elle et pour moi.

Lire la suite

recolte-paques

Notre chasse aux oeufs à la maison du coco

Lundi, vous avez kiffé votre jour férié? Moi aussi, non pas que ce fut mon anniversaire, mais parce que j’ai découvert un très bel endroit près de Saint Leu où ma fille a passé un après-midi à chasser les oeufs à la maison du coco sous un beau ciel bleu avec une vue imprenable sur l’océan (ça, elle s’en fichait, mais pour moi ce fut vraiment le détail magnifique qui tue!).

En réalité, nous avons chassé les oeufs tout le week-end. Samedi à la maison. Dimanche chez une amie (j’ai repris les mêmes oeufs) et lundi, à la maison du coco. (Ce que je ne devrais pas dire est qu’hier j’ai acheté en promo un maxi oeuf pour lui faire croire qu’elle l’avait oublié dans le palmier!). Bref, le chocolat est passé par là (là = nos ventres).

Lire la suite

zootopie-disney- - 3

On a aimé Zootopie

C’est la semaine de la rentrée sur La Réunion, léger décalage avec Paris et le reste du monde. Je ne saurais dire quand est sortie Zootopie ailleurs (si j’ai cherché, il y a plus d’un mois!! OMG),ici, ce fut pile pour les vacances alors forcément, en tant que mamans parfaites, nous nous sommes organisées pour accompagner nos enfants voir le nouveau Disney et ce fut un chouette moment!

Lire la suite

girl-school - 1

La base pour sauver les femmes, c’est l’éducation

Cette semaine, il y a eu la journée internationale des droits de la femme. La plupart ont appelé ça « la journée de la femme » comme si le reste de l’année était pour les hommes, avec un petit h.

De part mon job, j’ai pu m’engager dans des actions locales pour l’entreprenariat au féminin car c’est une réalité : être une femme n’est pas équivalent à être un homme.

Il faut se rendre compte que l’émancipation de la femme est allée « très vite » (c’est arrivé tardivement certes) : ce n’est « que » depuis 1965( que nous pouvons nous émanciper de notre mari (comprends donc qu’il fallait être mariée pour exister) et surtout avoir notre propre compte bancaire.

Depuis, nous, femmes, avons fait un bond.

Lire la suite

blog-en-pause

Un mois sans bloguer : c’est grave docteur?

J’ai passé un cap. Un mois que je n’ai pas blogué. Un mis que je n’ai pas rédigé un article. j’en ai commencé un ou deux mais impossible de le finir et de cliquer sur « publier ». Manque de temps, d’envie, d’inspiration… Le résultat est que j’ai fait sans mon blog. J’ai été également beaucoup moins présente sur les réseaux sociaux : d’abord Instagram, puis Twitter et enfin Facebook. Je n’ai clairement plus l’oeil sur mes statistiques donc la seule question à laquelle je dois répondre est : est-ce que je le vis bien?

Lire la suite