Publié dans Apprentissage du job

Pour ou contre les devoirs de vacances ?

Quand tu deviens parents, tu t’aperçois que certains sujets anodins déchainent les « foules »… Genre les devoirs de vacances ! J’avoue ne m’être pas du tout posé la question quand je lui ai acheté son cahier de vacances. C’est le second que je lui achète. Le premier était pour les vacances de Noel (5 semaines de vacances sur La Réunion). Elle a adoré. Celui-ci aussi, elle a crié de joie quand elle l’a ouvert et commencé son « travail » gaiement. En quoi y a-t-il débat et polémique?

Lire la suite de « Pour ou contre les devoirs de vacances ? »

Publié dans Sous le soleil de la Réunion

Le carnaval de Grand Boucan

Le dimanche est paisible sur La Réunion, entre le marché et la plage, le programme est vite plié. Pourtant hier le 19 juin 2016, nous avons légèrement changé notre routine pour assister à Grand Boucan. Grand Boucan est à la ville de Saint Gilles les Bains ce que la Technoparade est à Paris. Un temps de fête et de musique qui regroupe de nombreuses associations et rassemble près de 15 000 participants chaque année !

Lire la suite de « Le carnaval de Grand Boucan »

Publié dans Apprentissage du job

Sérénité pour ma 5è fête des mères et son 5è anniversaire

Le bonheur est constitué de petites choses. Je suis convaincue que vouloir la perfection est inutile est que bien souvent, c’est une somme de petites choses qui nous permet d’atteindre ce que l’on pourrait appeler le « bonheur ». Chez moi, il commence par éteindre la télévision. Halte à l’ambiance pesante et parti pris des médias. Je décide de mes sources et quand j’ai l’info, je passe à autre chose. J’arrête de ressasser. Je ne pense pas à demain (enfin, ça j’essaye) et je regarde ma fille. Respire. Profite. Souris.

Lire la suite de « Sérénité pour ma 5è fête des mères et son 5è anniversaire »

Publié dans Fourre tout néanmoins sympathique

Etre du matin

S’il y a bien (encore) un truc que devenir maman m’a appris, c’est à être du matin.

Je n’avais jamais vraiment réfléchi si j’étais du matin ou du soir, on est un peu des deux en fonction du contexte : la fête c’est le soir, le boulot commence le matin à une heure fixe… Tu imagines les « happy ptit dej » à la place des happy hours?? ça mettrait un peu de bordel dans la journée ! On ne décide pas vraiment au final, on suit le mouvement. Au lycée, je faisais les devoirs tard le soir, c’est à peu près mon seul souvenir… C’est pour cela que j’ai cru être du soir.

Quand tu deviens maman (ou papa), là, tu comprends… Ton rythme naturel, ton adaptabilité… Tu oublies. Tu réponds « aux commandes » de bébé. Logique.

Lire la suite de « Etre du matin »

Publié dans On s'arrondit

Cette question qui revient : un second bébé ou une fille unique ?

J’aime regarder les autres mamans, cette lueur qu’elles ont dans les yeux pour leur enfant. Peut-être que je me l’imagine en tout cas, c’est l’émotion la plus belle qui existe. Celle qui nous permet de faire l’impossible. Justement en parlant d’impossible : un second enfant me semble impossible aujourd’hui. Ce n’est pas parce que notre vie est ultra rythmée (un à son compte, l’autre dans le tourisme avec un seul jour de congé), ni qu’on ne peut compter que sur nous (la famille est à 9 000 km), ni que l’avenir est incertain sur note situation (il l’est toujours en réalité)… Je ne saurais dire. J’ai toujours eu du mal à me dire que ma fille serait fille unique. J’ai aussi du mal à me dire que je dois à nouveau être enceinte, pardon, je devrais dire re-devenir baleine…

Lire la suite de « Cette question qui revient : un second bébé ou une fille unique ? »

Publié dans Apprentissage du job

Pourquoi cette culpabilité omniprésente des parents?

Je suis entourée de parents. Nous avons un point commun. Etre parents oui mais aussi quelques réflexions et questions autour d’un sentiment de culpabilité que nous éprouvons envers nos enfants.

Je ne parle pas ici de la culpabilité d’avoir mis au monde ma fille alors que le futur est plus qu’incertain : les retraites, la qualité de l’air, la qualité de ce qu’on mange, les espèces que l’on tue par plaisir, le manque de savoir-être pour l’avoir-à-tout-prix…

Le futur est toujours incertain : les précédentes générations ont eu sans doute cette même réflexion, la première guerre mondiale, puis la seconde… Il y avait de quoi être complètement peureux et sceptique.

J’estime faire ma part pour un monde meilleur, je pourrais faire mieux, on peut toujours faire mieux. J’ai décidé de ne plus m’auto-flageller. Oui, je prends l’avion. Sans doute ce qui impacte le plus mon environnement et fait monter mon bilan carbone. Je mange le lus local possible, j’achète des produits cosmétiques sans paraben et des produits d’entretiens écologiques le plus possible, j’essaye de donner des valeurs à ma fille. J’essaye de lui donner une qualité de vie au quotidien et de lui démontrer qu’on peut trouver un équilibre et être heureux. J’essaye pour elle et pour moi.

Lire la suite de « Pourquoi cette culpabilité omniprésente des parents? »