Ma future vie pourrie

Il suffit de regarder autour de soi et d’écouter ses copines déjà maman pour connaître le reste de notre vie, du moins sur Paris. J’ai toujours vécu à Paris, la preuve donc que l’on peut pas trop mal s’en tirer, il y a des combinaisons subtiles mais rien est garanti.

Tout d’abord, les sorties avec bébé, c’est juste bien de mars à octobre, après il fait trop froid, il y a trop de microbes ou c’est toute la panoplie qu’il faut lui enfiler et bébé gagne 1 bon kilo et devient cosmonaute. Les sorties en poussette, la bonne invention parlons-en! C’est pile le nez au niveau des pots d’échappement des voitures pas encore électriques… Déjà à ma hauteur ça pue, alors pauvre petit… Imaginons papa travaille pour nourrir sa famille et maman veut aller voir une amie, on prend le bus ou le métro? Alors, dans le bus c’est poussette repliée! Sortez le mercredi et vous verrez qu’il y en a 4 dépliées, en clair la génération active prends-toi en mains et MARCHE. Dans le métro, il y a plus de fréquence (2 minutes d’attente en moyenne sauf quand il y a grève mais ce sera un autre paragraphe) donc normalement plus de place. ALLO LA TERRE! Il faut déjà y arriver à gravir ces 50 marches (même la descente est une épreuve c’est donc pire que la randonnée!!) et les bons samaritains, j’ai déjà testé étant enceinte… Il n’y a pas de Bruce Willis à l’horizon! Résultat: on va attendre papa, comme cela il pliera la poussette pour la mettre dans le coffre… qu’on aura déjà vidé auparavant.

Ensuite, au boulot, il faut se prouver et prouver aux autres que l’on a pas changé, on reste dans le coup et sur tous les coups. Coup de fil de la crèche ou de la nourrice: bébé a de la fièvre, il faut venir tout de suite chercher celui qui va contaminer tous les autres enfants! Là, maman est tiraillée, elle allait piloter la réunion méga importante, celle rappelez-vous, qu’elle avait tant de mal à organiser entre tous les agendas des grands chefs… Mauvaise mère, mauvaise employée… Faut-il choisir? On essaye d’appeler papa sans succès. Alors on se résigne et on demande à son bras droit (ou gauche, ça marche aussi) de prendre le relais et on remballe. Il ne faudra pas s’étonner de ne plus être dans les emails de compte-rendus et dans les débriefs informels devant la machine à café… Dorénavant, vous êtes relayée dans une autre division… Lointaine… Peut-être aurez-vous du réconfort auprès de papa qui vous sera reconnaissant…

QUE NENI comme dirait Molière! Papa rentre épuisé, a besoin de calme pour destresser, alors c’est vite le bain, vite la popotte, vite interrogatoire “t’as vu le pédiatre? t’as prévu quoi pour demain? du coup t’as préparé à manger? t’as appelé le garage? et mon costume chez le teinturier?”

On se couche épuisée, de son côté, un bref “bonne nuit chéri” et on sombre dans nos rêves. Le lendemain on enchaîne: médoc, popotte, changement de couche… sans oublier le coup de blush qui nous donne bonne mine… et qui rassure!

Bref, je m’arrêterai là. Pour certaines, et heureusement, c’est sûr je dramatise mais croyez-moi, c’est bien ce que je vois et ce que j’entends.

Et si l’écrire pouvait me permettre de l’éviter?

Ma Page sur Hellocoton

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s