Le rôle du père a changé

Avoir besoin d’être mère. Certaines d’entre nous le ressentent. Est-ce biologique ou sommes nous conditionnées ? Puisque la femme porte l’enfant, son rôle n’est pas à prouver. Le lien est d’autant symbolisé par le cordon ombilical qui donne même une expression « couper le cordon ». Ressent-on le besoin d’être père ? J’ai d’ailleurs eu droit à la question «Et lui, il a su trouver sa place ? Il n’a pas été jaloux de l’allaitement?». Cela confirme bien que le rôle du père semble moins évident. Ce qui est toutefois de moins en moins le cas… et heureusement pour tout le monde !

Le rôle du père a changé par working mum

Lui voulait une fille, il l’a. Quand nous avons su que c’était une fille, je lui ai dit « ne m’oublie pas ! » car je vois déjà son comportement avec sa nièce… C’était évident qu’il allait trouver sa place : faire le bain, des câlins, des massages, bercer bébé… Il était même pressé que bébé arrive, alors que moi non, je savais que l’échéance allait arriver et j’ai vécu ma grossesse, juste en me sentant grosse sans autre problème ni sentiment de « future mère ».

J’ai également entendu (ce qui m’a mise sur les fesses –bon j’étais déjà assise) : «écoute maman sinon papa, il va te gronder et se fâcher ! ». J’espère arriver à éviter ce genre de réplique qui représente le rôle du père des siècles derniers. Avant, il n’y a pas si longtemps au final, les hommes c’étaient l’autorité et le financement des besoins du foyer. C’est bien connu, l’homme, c’est celui qui dit non (d’ailleurs, c’était comme cela quand j’étais petite). Alors nous les mères sommes faibles pour dire non?

J’ai cherché la réponse que je cite: Un des principaux rôles du père est de poser des limites. C’est un rempart contre un amour trop fusionnel avec la mère. Inconsciemment, il signifie à son enfant : “Ta mère n’est pas à toi, c’est ma femme”. Le rôle du père, c’est de conjuguer amour et loi, de lui dire : “Je te dis non parce que je t’aime”. Je cite Jean-Marie Petitclerc ou encore Muldworf.

Là aussi, n’est-ce pas une définition du siècle dernier quand les femmes étaient quasi exclusivement au foyer pour s’occuper majoritairement ou exclusivement de leurs enfants ? Les mères autour de moi sont toutes aimantes mais la plupart travaillant, je ne pense pas que l’on puisse parler de lien fusionnel car on a déjà délégué à la nounou par exemple une part de l’éducation et puisque nous, les mères, laissons le père occuper son rôle… Un équilibre est créée.

J’ai également entendu des pères dirent qu’avant deux ans, ils ne s’étaient pas occupé de leur enfant. Grave erreur selon plusieurs psychologues car le lien triangulaire doit être créée dès la naissance. A 6 ans, l’image sera créée et il faut qu’elle soit aussi forte que possible pour ne pas être remise en question à l’adolescence (idem pour les mères). Et quand bien même le lien serait fusionnel ? N’est-ce pas donner assez de confiance au bébé pour qu’il découvre ensuite la vie de manière sereine « je suis suffisamment fort pour le faire seul ». Jusqu’à son premier anniversaire, bébé a besoin de prendre confiance et c’est aux parents de lui donner cette confiance en lui, celle qui lui permet d’aller ensuite vers les autres.

Selon moi, les mères et les pères ont autant à jouer pour l’enfant au niveau de l’affectif, de la confiance en soi, de son développement… Je le vois bien qu’à déjà 7 mois, bébé fait bien la différence entre ce que lui apporte son père et moi. Puisque je suis en congés parental, elle est avec moi, a l’habitude de manger avec moi (râle avec son père), a l’habitude de découvrir de nouvelles choses avec moi (se baigner dans le lagon) alors qu’avec son père elle va avoir tendance à chouiner… Par contre, son père est un vrai clown, c’est indéniable qu’il arrive à la faire rire beaucoup plus facilement que n’importe qui d’autre et d’ailleurs elle le cherche du regard pour cela (c’est chou). Loin de moi de juger, celles qui ont fait seule un enfant ou que la vie fait qu’elles élèvent seule leur enfant. Je me rends compte de la richesse et de la chance d’être deux pour le bébé. Mais pas que.

Je rajouterai que le père joue un rôle primordial pour la mère également. Tout d’abord, ce n’est pas avec n’importe qui que l’on construit son foyer. Et ensuite, le père permet de ne pas s’oublier en tant que femme en vous demandant aussi de rester celle qui l’a séduite ; le père est aussi celui qui écoute et comprend vos questionnements et possibles angoisses (chez nous, aucune vraie sieste jusqu’à 5 mois), c’est celui sur qui vous vous reposez… Je regarde mon homme en étant fière qu’il soit le père de mon enfant. C’est vrai que l’on choisit son compagnon mais pas son père qui restera unique.

Les vendredis intellos

Je finirai ma participation aux vendredis intellos par cette citation (qui peut facilement faire débat) du psychanalyste Jacques Arènes (auteur de « Y a-t-il encore un père à la maison ? » de1997): « Un papa peut être déplorable mais il est important de lui faire sa place : mieux vaut s’adosser à un arbre tordu qu’au vide ! »

Moi, je dis que mon homme est un chêne auquel je m’accroche ainsi que ma fille !


Rendez-vous sur Hellocoton ! Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez working-mum sur Hellocoton
Advertisements

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s