Bébé prend l’avion… the retour

La première fois que ma fille a pris l’avion, elle avait trois mois et cela s’était très bien passé. Neuf mois que nous étions loin de nos familles, il était temps de faire un saut en métropole, un saut d’un mois hein, tant qu’à faire. J’ai préparé le sac cabine avec le plus grand soin, genre le trajet allait durer 24 heures… Des changes, 8 couches, des jouets, sa couverture de naissance, de la nourriture… Alors qu’il s’agissait d’un vol de nuit, c’est relativement simple mais le “on sait jamais” vous l’écoutez car si vous êtes dans la merde (au sens propre , enfin sale), vous allez vous en vouloir et passez pour le coup un moment catastrophique! Au lieu juste d’un sale moment.

Décollage à 22H30, bien sûr bébé qui a l’habitude de dormir à 20H, voire 20H30, pète la forme: je descends du sieste, demande à remonter sur les genoux, joue avec la tablette, donne des coups de pieds dans la tablette, joue avec la queue de cheval de la femme devant… quand vous essayez de calmer bébé, c’est pire alors vous l’encouragez à se fatiguez et cela sans fatiguez les autres hein. Ha l’époque bénie où j’avais pas de gosse en avion. Moi, je suis grosse dormeuse alors déjà seule je les vis mal ces nuits en avion mais imaginez surveiller votre gnome bébé et donc nuit blanche.

Bref, j’avais donc tout ce qui fallait dans le sac, le problème est que les avions ne sont absolument pas faits pour les familles. Y a pas de place pour vider le sac! Surtout quand vous n’avez pas de nacelle car on vous annonce qu’il y a trop de bébé sur ce vol et plus de nacelle disponible. Par chance dans la malchance, on nous a placé avec une place pour bébé qu’on a donc installé entre nous deux. Installer vous suivez, c’est juste une image car bébé était partout sauf sur son siège. Au décollage, il faut lui faire comprendre qu’il faut rester sur maman. Là, vous vous prenez quelques coups de poings de bébé qui s’est transformé en verre de terre. Youpi, reste 11 heures de vol + le trajet pour rentrer… Home sweet home…

Là, grand moment de solitude même si papa est dans la même galère que vous. Une hotesse vient finalement nous chercher “suivez moi”. Moi “pourquoi?”, hé oui je ne suis personne comme ça moi! Bonne nouvelle, juste quand bébé montrait des signes de fatigue, une nacelle n’est pas occupée. Nous tranversons l’avion et allons nous installer à côté d’un autre bébé, et cela relance l’intéret de bébé, “tiens un bébé”, “tiens de nouvelles tetes qui me regardent”, “tiens la télé au-dessus de ma tete”… Et c’est parti jusqu’à 00H30, c’est la boum party.

Là où nous avons de la chance est que notre fille est souriante et n’a plus de problème avec le fait de s’endormir. Nous nous sommes donc dis qu’elle dormirait bien à un moment… On l’a donc laissé jouer, je vous passe le moment du repas une horreur. Bébéb ne reste plus dans sa nacelle, veut en descendre, veut venir dans vos bras voire monter sur votre tablette là où il y a le plateau repas chaud et de l’eau (ça tache moins que le vin hein!). Là, je me dis que je n’ai pas de change pour nous. Le temps parait long… Et bien sûr les lumières c’est plein feu… Comment voulez vous que les bébés s’endorment dans ces conditions: il y a de la lumière et de l’activité! Le bébé d’à côté lui est fatigué mais lutte pour ne pas dormir, c’est donc des crises de larmes. Mais je ne m’énervent pas contre ce bébé mais contre les compagnies aériennes…

Et voici le moment béni, celui de l’extinction des feux (et du film!). Magie magie… En un bon quart d’heure, les bébés tombent les uns après les autres. La mienne choisit les bras de super-papa qui a grave assuré pour s’endormir… J’en suis presque jalouse. Une fois bébé endormi, direction la nacelle. Pas de problème. L’autre bébé d’à côté, c’est plus difficile, à chaque phase différente de sommeil, il râle, crie un peu, pleure un peu… 2H et quelques du matin, Sélène refait des siennes, elle veut changer de position mais se rend compte qu’elle n’a pas autant de place que dans son lit (forcément hein, on a pas encore l’avion privé). Je suis obligé de la prendre dans les bras. Une demi heure de lutte et c’est reparti dans le sommeil. Au final, bébé n’a pas trop mal dormi. Nous, c’est la misère, complètement cassé, mal à la tête et au dos et là, on nous annonce “17 degrés”. J’avoue, c’est froid! Nous n’avons pas eu cette température depuis 9 mois, même tôt le matin en hiver austral il faut 20 minimum. Je couvre bébé et on va rejoindre mamie. Bébé récupère, fait une bonne sieste, au réveil un peu bougon mais c’est normal, 2 heures de décalage faut quand même se recaler!

Pour résumer, ma fille n’est donc pas le bébé le plus difficile mais il faut quand même être patient et doué d’imagination parfois pour les occuper nos bambin chéris et quand la fatigue est là… C’est tout de suite un peu plus dur.

Rendez-vous sur Hellocoton ! Ma Page sur Hellocoton

Advertisements

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s