Bien choisir sa clinique de naissance

Ce n’est pas un scoop, loin de là car cela fait un an que la clinique où j’ai accouché a fermé. Je suis partie à la Réunion donc à 11 000 kilomètres (pour oublier cette atroce souffrance!), voilà mon excuse (joke). C’est en recevant une amie qui habite en face qui m’a dit sa surprise en découvrant que tout l’établissement avait été muré… Au départ, je me suis dis que c’était sans doute une rénovation, à l’époque ils avaient commencé la rénovation de certaines chambres… Puis, ma curiosité m’a fait rechercher.

Malheureusement, pour cause d’une mauvaise gestion l’établissement a dû fermer. Liquidation judiciaire!

95avenueparmentier-cliniquedevinci
Tout est muré au 95 avenue Parmentier

Ce n’est pas la qualité du service et des soins prodigués par les médecins et les salariés qui est remise en cause. Loin de là… C’est même les bons témoignages, les bonnes notes sur les sites communautaires qui m’avaient fait choisir cette clinique. Alors bien sûr depuis, on peut lire bons nombres de témoignages affreux (et parfois vrais pour certains sur des factures astronomiques, des délais d’attente beaucoup trop longs…). Le mien ne le sera jamais. Je me disais même que si un bébé numéro deux devait venir, j’adorerais à nouveau accoucher là bas. Une petite clinique parisienne à taille humaine.

Pour accoucher là bas, j’ai du changer de gynécologue (aucun regret!) mais tout fut simple. J’ai eu un très bon suivi médical (même si sur le coup, je me suis plains que c’était trop) et le jour de l’accouchement… Je me souviendrais toujours du professionnalisme des sages femmes, de leur sourire, de leurs encouragements… Il faut dire aussi que j’étais parfaite (joke). J’étais tellement bien là bas post accouchement que je n’étais pas pressée de rentrer chez moi: rien à gérer juste m’occuper de ma fille, la découvrir… J’étais visitée souvent, à chaque nouvelle garde, une présence pas trop intrusive, ce qu’il faut et je garde aussi en tête la qualité des repas: tout était prévu pour que cela soit équilibré et tenait compte qu’on venait d’accoucher (beaucoup de fibres pour aider le corps à évacuer en douceur…). Bref, rien à redire!

40 ans qu’elle existait

1 700 accouchements en 2011 dont je fais partie

Cet immeuble ne peut pas être occupé que par des activités d’intérêt général d’où l’incompréhension car il y avait une offre de reprise que le bailleur a refusée. Depuis c’est fermé, tout le monde est perdant il me semble.

 

J’imagine l’hypothèse suivante: et si elle avait fermée plus tôt? Le stress que cela aurait été: trouver un nouvel établissement, faire suivre le dossier médical, redécouvrir peut-être un autre gynécologue, être refusée??

Les critères pour choisir une maternité sont les suivants après l’avoir vécu (liste en vrac):

  • La proximité avec le domicile: cela élimine déjà bon nombre d’établissements. J’ai appelé l’établissement en face de chez moi et rien qu’à l’accueil téléphonique catastrophique, j’ai décidé de tenter ailleurs! Proximité oui mais aussi praticité pour y aller: parfois un peu plus loin mais avec une autoroute peut être mieux qu’en pleine ville pas loin mais beaucoup de feux rouges et pas de parking prévu…
  • Le coût: la structure est-elle conventionnée, faire un devis avec la gynéco et la mutuelle, bien demander s’il y a des suppléments…
  • Les « services proposées »: la maternité propose t-elle des cours de préparation à l’accouchement ? : c’est plus pratique! Et on fait connaissance avec les lieux sans être stressée!
  • Le taux de césariennes et de péridurales: ça donne toujours une idée!
  • Les équipements de l’établissement: cela rassure, salle de réanimation, bloc obstétrique, nombre de lits…
  • La lutte contre la douleur en fonction de votre projet de naissance : par exemple, si vous ne voulez pas de péridurale, y a-t-il une baignoire avec des huiles essentielles… Ce qui me fut proposée mais ma fille est venue trop vite (et je ne m’en plains pas)
  • Pourrez-vous avoir une chambre individuelle ? Jusqu’à la dernière minute, on ne savait pas! L’équipement de ces chambres: dans ma clinique il y avait des standards et des « luxe », le coût variait énormément, plus tu prenais l’option « luxe » plus tu étais garanti d’avoir une chambre individuelle (la logique du porte-monnaie est partout)
  • La place donnée au père: peut-il assister à l’accouchement et en cas de césarienne aller au bloc? Rester la nuit après la naissance ? Venir vous voir n’importe quand…
  • Quels sont les horaires de visite pour les proches? Les enfants pourront-ils venir voir le bébé ? : impensable dans certains établissement, les enfants ne sont pas autorisés!
  • Le bouche à oreille et commentaires sur les sites communautaires tout en faisant confiance en son instinct car il y a toujours des mauvaises expériences.

Je rajouterais donc le critère financier si c’est une clinique privée conventionnée comme la mienne… Je ne sais pas si on peut avoir et trouver les chiffres mais avoir le personnel en grève quand on arrive pour accoucher, c’est pas tip top!! Bien évidemment, il y a aussi la possibilité d’accoucher chez soi, une question que j’avais posée à ma gynécologue mais la crainte des complications m’a fait oublier cette hypothèse.

Une grosse pensée pour le personnel médical car même si c’était leur boulot… Pour moi, c’était un nouveau chapitre de ma vie. J’espère qu’elles ont toutes retrouvé quelque chose. Un coup de gueule aussi contre les mauvais gestionnaires qui ont tout fait foiré, j’espère qu’ils n’ont rien retrouvé eux… Amener toute une équipe au chômage… On se plaint toujours des salariés quand ça ne marche pas et quand ça marche, on félicite les patrons. Arrêtons. Un coup de gueule car pour ce type d’établissement conventionné, ce type de services touchant à la santé/maternité, il devrait exister une surveillance financière pour éviter ces drames.

Et vous comment avez-vous choisi votre établissement?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Valentine dit :

    Héhéhé… J’ai aussi accouché dans cette clinique en Novembre 2010… j’ai eu la chance de vivre cette expérience avec une sage femme du groupe naissance (au dernier étage), et ma fille est née dans la baignoire de la salle de consultation, au 7ème, un matin de neige avec vue imprenable sur les toits de Paris🙂 (pour ma part, je suis venue de banlieue Sud pour accoucher avec cette sage femme en particulier, ça, ça a été l’essentiel de mon choix !).

  2. Esty dit :

    Moi j’ai choisi à coté du boulot pour les suivis du début c’était plus pratique. J’ai cherché aussi une structure qui aurait le label « hôpital ami des bébés », mais à la Réunion en 2011 il n’y avait rien du genre! Tant pis celui où j’allais était bien branché « peau à peau » dés la naissance :j’ai pris! Pour apprendre à ma grande satisfaction lors de mon séjour post accouchement que cet hôpital allait bientôt recevoir ce fameux label🙂 Donc vive « Gabriel Martin » à St Paul !! (Si jamais tu es dans le coin pour un numéro 2😉 )

  3. nyfea dit :

    J ai choisit surtout la facilité: le plus pres, et aussi un endroit qui pourrait accueillir mes enfants s ils y avaient un souci

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s