Favoriser l’amour des livres de nos enfants

Dans la newsletter de Madame Déjantée, j’ai trouvé un article intitulé « Pour aider votre enfant à apprendre à lire, guide à l’usage des parents ». C’est vrai que la lecture est indispensable pour l’autonomie dans la vie, assouvir sa curiosité et apprendre de nouvelles choses, communiquer… Indispensable mais oh combien détestée pour ma part quand je fus forcée de lire des livres de nos « grands auteurs » français dont 99% du livre concerne la description d’un paysage… Pour la culture? Moué, je ne me souviens plus vraiment des auteurs ni des titres (blackout!). Ce qui est certain est que j’ai appris à lire en diagonale et faire néanmoins de belles fiches de lecture. Mais j’ai lu. J’ai essayé ce genre et ce n’était pas le mien. Pour compenser, mes parents m’offrirent des livres avec des intrigues policières et ceux là… Bien que les titres ne soient pas non plus mémorisés, je sais qu’ils m’ont fait passer de bons moments et que je me suis forgée un bon imaginaire tout autour.

Le livre, l'idéal pour travailler l'imaginaire, non?
Le livre, l’idéal pour travailler l’imaginaire, non?

Aujourd’hui, je préfère lire un livre que d’aller au cinéma (et pourtant je n’arrive à lire que dans le métro). Le livre va me permettre de m’imprégner sur une plus grande période de l’histoire, des héros, je vais tout construire dans ma tête et quand viens le dénouement,  je me force pour ne pas lire en diagonale tellement j’ai hâte de savoir la suite!

J’aimerais que ma fille aime lire. Je n’ai pas de doute qu’elle va aimer les dessins animés, les jeux vidéos… Mais sans la forcer, j’aimerai qu’il y ait une sorte d’équilibre.

A nous parents de faire en sorte que nos enfants aiment lire. C’est ce que dit la publication de 18 pages « Pour aider votre enfant à apprendre à lire, guide à l’usage des parents » édité au Canada. Au vu du titre, je pensais que le sujet serait plutôt une méthode de lecture pour décoder les lettres, les assembler petit à petit et faire en sorte qu’ils sachent lire avant le primaire puisque le guide est spécifié « pour les parents ». Je ne suis pas favorable quand on force trop les choses. Je fus donc étonnée et dans le bon sens de voir que ce guide se concentre sur les petites actions parfois anodines du quotidien qui vont inciter l’enfant dès son plus jeune âge à tout d’abord aimer les livres avant de vouloir lire.

Voici les quelques conseils que Working mum a relevé pour vous:

  • lire avec des intonations: la lecture doit en effet être amusante avant tout
  • relire les histoires pour favoriser la compréhension et le plaisir de lire les histoires favorites
  • faire répéter et souligner du doigt le mot prononcé
  • démontrer que la lecture n’est pas seulement celle des livres mais aussi des recettes de cuisine, des panneaux routiers…
  • lire tous les jours
  • être patient et le féliciter quand il veut lire et fait semblant ou commence à y arriver

Autre élément intéressant, le guide distingue 4 attitudes des enfants vis à vis des livres:

  • le prélecteur: l’enfant qui aime regarder les images, fait comme s’il lisait…
  • le lecteur émergent: celui qui a des livres favoris et qui connait le texte par cœur…
  • le lecteur en développement: la phase du « pourquoi ils font ça », reconnait certains mots…
  • le lecteur autonome

On peut trouver qu’il n’y a rien d’extra-ordinaire mais il faut tout de même relever qu’il y a en France 7% d’illettrés et quand on prend le facteur « compréhension et utilisation des informations » ça grimpe! (J’ai trouvé 40%!!) . Heureusement, rassurons nous, malgré l’attrait des écrans, nos enfants aiment toujours lire! Je suis donc convaincue que ces taux vont descendre surtout que nos écrans sont interactifs de plus en plus et la lecture est donc requise!

En décembre 2012, un sondage Ipsos indiquait que 82% des enfants avaient lu au moins un ouvrage (roman, manga, magazine…) par semaine au cours des trois derniers mois et  78% éprouvaient du plaisir à lire.

Malheureusement, dans un sondage plus récent d’OpinionWay, on s’aperçoit que les écarts restent creusés entre familles aisées et catégories CSP les moins aisées… A l’enseignant de prendre le relais et d’essayer de gommer ces inégalités.

Une importante responsabilité qui ouvre un autre débat compte tenu du nombre d’élèves en classe, y a-t-il réellement l’égalité des chances?

Répondre non me désespèrerait, cela voudrait dire que tout est joué dès le berceau…

Article rédigé pour les vendredis (et samedis!) intellos (parce que mes neurones sont toujours là le week-end!)

Les vendredis intellos
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Jeanne dit :

    Moi aussi, c’est un sujet qui me préoccupe un peu, d’autant que je vais avoir un garçon et que les garçons lisent moins que les filles en moyenne. D’un autre côté, il viendra justement au monde dans un milieu privilégié, avec des parents qui ont tous les deux fait des études et possèdent beaucoup de livres, alors je me dis que ça devrait venir naturellement…
    Ce que dit pomdepin m’interpelle aussi. C’est sûr que nos enfants seront bilingues, avec papa anglophone et maman francophone. Je ne sais pas encore comment on va gérer ça au niveau de la lecture…

  2. pomdepin dit :

    Intéressant…c’est un problème encore plus difficile avec les enfants bilingues, pour les faire lire dans les deux langues.

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s