Ne faisons pas de nos enfants des petits génies trop tôt (voire pas du tout)

Régulièrement pendant les premiers mois de ma fille, je me renseignais sur « à quel âge un bébé fait-il ci ou ça? ». Je voulais m’assurer que tout allait bien. Je suis tombée sur plusieurs témoignages de parents très fiers, du genre: bébé à 6 mois nommait déjà une vache et savait imiter son cri (je pousse à peine). J’ai beau ne pas être pressée, je me suis dis « zut », « peut-être que je ne la stimule pas assez? » ou encore « zut, comment mettre une telle pression à nos enfants si jeunes? ». Laissons-les être des enfants, surtout si petits: des bébés qui vivent avant tout de découvertes, d’émotions, d’échanges…

C’est comme ci nous avions peur de la normalité. C’est comme si la normalité voulait dire « moyen », « sans plus ». C’est vrai, je l’avoue, que je n’aime pas qu’on me dise « normale » et pourtant cela peut coûter cher de vouloir être hors normes, cela veut aussi dire trouver une place qui n’existe pas, ce qui est plus difficile si rien est prévu, demande aussi plus de maturité… Je me souviens au lycée: mieux valait être dans la moyenne qu’au dessus pour avoir des copains. Pourquoi ce culte du moyen? Est-ce rassurant? Je n’ai pas eu de souci pour mon baccalauréat et j’ai trouvé des copains quand même (moyenne haute mais moyenne quand même hihi), est-ce parce que mes parents ont voulu me donner plus? Est-ce les stages de langues, les cours de maths (que j’ai haïs au plus haut point) qui m’ont donné le goût de l’effort ou révélé certaines de mes capacités?

Heureusement, je me souviens avoir été une enfant sans pression jusqu’à 15-16 ans (le cerveau sélectionne aussi…). Et je suis tombée sur une info dans Réponse à tout lu dans le train (numéro d’avril 2014) aujourd’hui qui me permet une bonne fois pour toute de me dire qu’il faut laisser le temps au temps ou du temps à nos enfants: une étude publiée dans le Journal of educational psychology a démontré que les méthodes d’apprentissage de la lecture pour les enfants de moins de 18 mois n’avaient aucun effet!

Le livre, l'idéal pour travailler l'imaginaire, non?
Le livre, l’idéal pour travailler l’imaginaire, non?

L’étude fut menée sur 117 enfants âgés entre 9 et 18 mois: les uns reçurent le matériel de préapprentissage et les autres, rien afin de servir de référents. En 7 mois, aucune différence ne fut notée.

Alors doit-on pour autant laisser nos enfants en roue libre et attendre un de leurs signes? L’acquisition se fait par le jeu et la diversité des activités que nous proposons à nos enfants leur donne le goût et l’envie de découverte, c’est cela qui les rendra, espérons-le, meilleurs et pas à quel cri fait quel animal… Nous pouvons essayer de donner l’amour des livres à nos enfants par le des petites astuces mais à nos enfants de faire leurs choix. C’est cela qui est dur. Tout faire mais ne pas être décisionnaire.

Tout faire mais tout ce qui est à leur portée car comme le dit Einstein: Tout le monde est un génie mais si vous jugez un poisson rouge sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide.

Ceci est ma participation aux Vendredis intellos
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lynda TTL dit :

    Oui je suis d’accord avec toi, la pression pour leur apprendre à faire un truc, c’est pas mon style… J’ai vite compris de toute manière que c’est quand elle est prête et pas quand je veux qu’elle le soit. En revanche, je pense qu’il est important de les encourager s’ils manifestent l’envie d’apprendre un truc.

  2. Tellement d’accord avec toi ! Je laisse mon fils faire ce qu’il veut, quand il veut. Je sais que c’est un petit futé, qui a le même caractère que sa maman : je fais ce dont j’ai envie, lorsque j’en ai envie et pas pour faire plaisir, car je me braque quand on me force. Il aura bien assez de pression plus tard : je le laisse être un bébé.

  3. Fabien Blot dit :

    Tellement vrai !
    Je pense surtout que le plus important est la façon d’accompagner l’enfant. On utilise couramment le terme « apprendre à » alors que c’est l’enfant qui apprend tout seul.

  4. ninon dit :

    Excellent post, je trouve pour ma part que beaucoup d’entre nous mettons trop de pression sur nos enfants de moins de 6 ans. Je le vois chaque jour à l’école en entendant des parents dirent qu’il font travailler leur enfants pour qu’ils sachent lire avant le CP. Ce sont surtout les parents qui se livrent à cette compétition qui est néfaste aux enfants. Ego personnel démesuré me semble-t-il.

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s