« Et j’aime papa… et j’aime maman… »

Enfin, notre fille sait s’amuser seule. A trois ans, c’est vrai que c’est plus facile que la première année (différent surtout), même s’il y a la crise des deux ans a fini par arriver doucement et reste encore un peu parmi nous, « tout » est plus simple. La propreté est acquise, de jour comme de nuit (hé oui! je suis loin des SOS que je lançais il y a quelques temps!), nous nous comprenons grâce à un vocabulaire commun ce qui permet d’éviter beaucoup de crises et d’expliquer beaucoup de choses passionnantes, le bain n’a plus besoin d’être surveillé (sauf à cause des bêtises! finie l’angoisse de la noyade)… Et enfin, oui, sans culpabilisation nous pouvons dire que ça fait du bien: nous arrivons au stade rêvé d’une petite fille qui par moment aime jouer seule dans son univers sans nous, sans personne. Ce n’est pas forcément longtemps, mais cela permet le temps d’un instant de se consacrer à 100% à autre chose. Le 100% est le plus important dans la phrase: depuis combien de temps avais-je consacré 100% à autre chose en présence de ma fille depuis sa naissance?

mere-fille

Malgré cela, il y a une grande incohérence. J’adore aller la regarder jouer sans qu’elle me voit. Elle pouponne sa poupée, joue au cheval, fait avancer le petit train, fait la lecture à ses peluches… J’entends aussi tous les gros mots que super-papa-chéri dit dans la journée… J’ai la preuve en vidéo alors non, je n’exagère pas du tout!! Et crois-moi passé la première réaction où tu peux rigoler, des gros mots chez MA petite fille ça fait pas très joli!!

J’ai aussi parfois de belles surprises. Je l’ai entendu une fois chanter alors qu’elle dansait en tournicotant sur elle même: « et j’aime papa et j’aime maman et j’aime… « . Elle qui n’est pas très démonstrative, ça fait très plaisir d’entendre cela! Alors j’essaye surtout de ne pas l’interrompre ni de me faire surprendre. C’est pas facile quand il y a une déclaration d’amour (partagée je précise) car on aurait envie d’ouvrir la porte en grand et de dire « moi aussi » en serrant dort (comme dans les films) son enfant. Là, j’imagine les violons etc

Son père lui a appris le « je t’aime d’amour » et dans sa bouche c’est trop mignon ou encore le « comme ça » avec les bras très grands, ouverts au max « je t’aime comme ça ».

instants-voles

C’est bien maintenant qu’il faut se dire « je t’aime », il y a une telle pudeur ensuite!

Allez, je vais prendre exemple sur ma fille: penser positif et distribuer un peu de « je t’aime »!

Ceci est ma participation aux mardis tout doux de Maman at home
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Ici, on dit je t’aime souvent, presque chaque jour sans qu’il soit forcément, prémédité . Mes parents, très pudiques, ne me l’ont jamais dit et je crois que cela m’a profondément manqué même si je sais, qu’ils m’aiment. Alors, du coup, je n’ai aucune gène à le dire à mes enfants ou, à mon homme 😉

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s