La fausse bonne idée d’avoir des vacances !!?!

On dit que nos écoliers sont fatigués et qu’il leur faut des vacances régulièrement. Toutes les six semaines, deux semaines de vacances. En gros. Nous parents, les vieux croutons, assumons mieux à priori le rythme métro, boulot, dodo puisque nous n’avons que 5 semaines de repos. 5 c’est déjà bien et merci à nos aïeux pour s’être battus pour ça !

Je ne sais pas si c’est vraiment suffisant car la logistique à mettre en place est hallucinante quand nous travaillons et que nos enfants sont en vacances. La vérité est que bien souvent ils vont au centre aéré et cela ne change absolument pas leurs horaires. On se lève et on les récupère à la même heure !

Je me demande donc si ce sont vraiment nos enfants qui ont besoin de vacances puisque leur rythme de change pas. Comment a t on défini ce rythme ? Surtout que les vacances de la Toussaint ont été rallongées. Ça fait beaucoup 15 jours l’école à peine commencé il y a début septembre. Non ? c’est pas que je veuille à tout prix qu’ils bossent direct, dur, 5 jours sur 7 à fond.En même temps, de septembre à décembre sans vacances c’est long…

scolarite

Donner un sens aux vacances

Voilà une solution? Donner un sens aux vacances! Les vacances de noël c’est assez simple, on se retrouve en famille, en février si on est chanceux on va à la montagne, à Pâques, je ne sais pas trop, vous faites quoi vous ? Et viennent les grandes vacances où là… Les parents divorcés s’en sortent presque mieux (ironique), 3 semaines à tour de rôle, hop, il n’y a que 15 jours de casse tête car c’est ça la réalité malheureusement, on ne profite pas autant des enfants qu’ils ont de vacances.

Je ne voulais pas être prof quand j’étais jeune. Le mode d’apprentissage est horrible. Tu m’étonnes qu’il y a de la rébellion! Et franchement moi, dans une administration poussiéreuse à suivre les règles ? Bon, ok, je suis peut-être dure. C’est parce que les règles existent que bla bla bla. On vous l’a pas fait à vous ce discours ?
Mais depuis que je suis maman je me dis que zut de flute c’est bien finalement ce rythme pour les parents prof.

scolarite

En ce moment oui je suis hyper frustrée : ma fille est en vacances et bah moi au boulot sans possibilité d’en profiter. Je suis hyper frustrée. Oui je l’écris deux fois, j’aurais même pu faire sur copie double 200 fois ^^

Le temps est précieux.
Ma fille à trois ans et demi grandit presque à vue d’œil. J’adore l’accompagner dans ce changement, être présente. Pire j’ai plein d’idées de choses qu’on pourrait faire ensemble mais non. Moi au boulot et basta.

Alors comment s’organiser ? Est-ce qu’indépendant c’est mieux que salarié ? Le stress est différent : tu ne bosses pas, t’es pas payé. Étant dans ce cas, oui les plages horaires sont aménagés mais on bosse tout autant et souvent quand les enfants sont couchés et dans ce cas c’est notre conjoint qui trinque. Ce qui n’est pas mieux car la clé du bonheur est l’équilibre. Parfois, quand ma fille est occupée, je me dis que je vais m’avancer… Je me mets devant l’ordinateur… Elle comprend « maman travaille » mais je ne suis pas à l’aise du tout. J’ai l’impression de préférer mon travail à elle, de la faire passer en second et dans ce cas tout est confondu. Bosser sur un temps où elle est présente, non pas trop…

Je n’ai donc pas de solution, juste de grandes et lourdes interrogations. Travailler pour gagner des sous et se faire plaisir OUI mais cela suppose une lourdes logistiques et les vacances en rajoutent une couche!

Et chez toi, les vacances c’est comment?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

Publicités

15 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je suis d’accord avec toi, les vacances des enfants c’est un vrai casse-tête pour les parents et c’est vrai que comme on travaille de toute façon pour eux il n’y a pas de grande différence…
    Le rythme en centre de loisirs ou chez la nounou et sans doute moins soutenu mais quand même, après ces 2 semaines de vacances je n’ai pas vraiment l’impression que mon fils soit réellement moins fatigué.
    En plus ce n’est pas toujours évident pour nous de poser nos congés en période de vacances scolaires.
    Et pour les vacances d’été heureusement qu’on a les grands-parents qui nous aident bien !

  2. aevoleblog dit :

    J’ai vraiment l’impression que les rythmes et les réformes sont pensés avec l’idée que maman est encore majoritairement au foyer. Comme si nos élus n’avaient pas totalement conscience d’une certaine évolution de la société ? Une idée en l’air qui vient de me traverser l’esprit.
    Si on raisonne sur le principe de la mère ou du père au foyer, alors les vacances sont vraiment une possibilité de repos pour les enfants, et les nouveaux rythmes scolaires aussi puisqu’ils peuvent rentrer chez eux à 15h30 et avoir vraiment des journées allégées…

    1. Pauline dit :

      Pas faux !

  3. rivieramum dit :

    Oui ça fait rêver d’avoir plus de vacances avec ses enfants mais pour être instit il faut bac plus 5 et le concours est difficile. Mais ça a l’air très intéressant comme métier dommage …

    1. theworkingmum dit :

      J’ai une amie qui est instit… à partir d’un Bac + 3 si jamais tu changes d’avis 😉 Mais oui le concours est dur !!

      1. Pauline dit :

        La formation change sans arrêt : auparavant, il fallait une licence, puis passer un concours à bac +4 et ensuite faire une année de formation en alternance avec mémoire à la clé à l’IUFM (ce qui au final faisait 5 ans d’études après le bac, mais avec un diplôme bac +3). À présent, il faut passer un concours en Master 1 puis vient une année de formation en alternance (mi-temps dans une classe) avec un mémoire à la clé en Master 2 (donc officiellement un bac +5, mais la durée d’études est au final la même). Les académies de Créteil et de Versailles sont tellement déficitaires qu’il est relativement facile d’y obtenir son concours (alors qu’il y a 10 ans, la sélection était rude) : en 2013 et 2014, il y avait plus de postes à pourvoir que de candidats au concours (c’est donc le moment d’essayer, pour les motivés). La plus grosse difficulté est à présent de tenir le coup en Master 2 : confrontation à la réalité du terrain, longs trajets quand on est envoyé en stage à l’autre bout du département, charge de travail hallucinante à la fac et à l’école… Un part énorme de démissions de la part de personnes qui ont pourtant obtenu leur concours.

    2. Pauline dit :

      Il faut tenter le coup ! C’est un chouette métier, malgré les absurdités du système !

  4. Bernieshoot dit :

    pas simple , avoir du temps pour ses enfants est si important

  5. Pauline dit :

    De mon côté, étant instit en maternelle (eh oui), je n’ai pas le souci de savoir comment faire garder mes loulous pendant les vacances. C’est un réel souci en moins, c’est clair.
    Cela ne m’empêche pas de bosser dès qu’ils ferment l’œil. Préparer sa classe, ça prend beaucoup de temps ! En ce moment par exemple, je suis dans la « menuiserie-peinture-couture » pour fabriquer des ateliers Montessori (à mes propres frais, y a plus un rond dans l’Éducation Nationale).
    Difficile aussi de travailler quand les enfants sont réveillés : ma grande a 3 ans et peut jouer un peu en autonomie (mais vraiment un peu), mais le petit de 18 mois a beaucoup plus besoin de ma présence. Alors je travaille pendant les siestes et quand les petits sont couchés, parfois jusque tard dans la nuit. Et comme tu le dis, dans ce cas, c’est le conjoint qui trinque. Un équilibre difficile à gérer. Avec toujours le stress de se dire qu’on ne va pas réussir à finir toute la masse de boulot prévue si les enfants se réveillent un peu trop tôt de la sieste (et là, on culpabilise d’avoir eu cette pensée).

    Pour ce qui est des écoliers, ils étaient vraiment épuisés juste avant les vacances. Dans ces cas-là, difficile de leur demander la moindre concentration. On n’avance plus, on voit bien qu’ils n’en peuvent plus. L’apprentissage devient déjà difficile dès le jeudi après-midi…
    Ces vacances, il me semble qu’ils en avaient besoin… Ils y a plus d’adultes pour les encadrer en Centre Aéré, il y a souvent moins d’enfants donc moins d’agitation et moins de fatigue (ensuite, cela dépend de la municipalité).

    En revanche, je me pose beaucoup de question quant aux grandes vacances. Même toutes mes collègues profs les trouvent démesurées ! Les enfants oublient une partie de ce qu’ils ont appris au cours de l’année scolaire et on perd 3 semaines à tout reprendre en septembre. Les parents s’arrachent les cheveux à les faire garder. Et nous même, avec des conjoints souvent dans le privé et des salaires qui baissent d’année en année, nous ne pouvons pas trop partir et nous finissons par tourner en rond avec nos enfants qui en ont assez de refaire toujours les mêmes activités.

    En attendant, je me rends compte que j’ai énormément de chance de pouvoir profiter de mes loulous.

    Pour ceux qui le souhaitent, l’Éducation Nationale recrute ! Il n’arrivent pas à pourvoir tous les postes (et vont jusqu’à recruter des vacataires par téléphone). Un concours difficile à une époque, presque donné à présent. Mais ne vous engagez pas pour les vacances. Pour le bien des élèves déjà. Ça demande beaucoup d’implication personnelle. Et pour vous : vous risqueriez de déchanter bien vite !

    1. Pauline dit :

      Pour ce qui est du mode d’apprentissage, chaque prof invente en quelque sorte sa façon de faire. Les choses évoluent énormément. Quand j’ai commencé à m’intéresser à la pédagogie Montessori, il y a 8 ans, très peu d’enseignants de maternelle la pratiquaient. À présent, elle est intégrée aux critères d’évaluations lors des inspections sur la circonscription de Versailles. Des enseignants chercheurs s’y intéressent, des expérimentations sont menées : http://lamaternelledesenfants.wordpress.com/ (mais où a-t-elle trouvé les financements pour installer ses ateliers ???? Nous, on se débrouille comme l’on peut sans aucun moyen !)
      Les notes n’existent plus à l’école primaire (on ne comprend même pas pourquoi il y a des débats télé sur le sujet) et la notion « d’école bienveillante » rentre dans les nouveaux programmes de maternelle (qui concrètement ne révolutionneront rien, mais ça c’est un autre débat) :http://www.gfen.asso.fr/fr/bienveillance_education_jacques_bernardin_ser_2013
      Chacun enseignant invente son parcours, même si malheureusement le système est une véritable machine à broyer les bonnes volontés (sur l’Académie de Versailles, 1/5e des enseignants stagiaires reçus au concours de professeur des écoles 2014 a déjà démissionné, au bout d’un mois d’exercice).

  6. pomdepin dit :

    On a juste une semaine ici, après 8 semaines d’école. On aura 2 semaines à Noel, 1 en février, 2 à Paques, 1 fin mai et 6 semaines à partir du 20 juillet.

    1. theworkingmum dit :

      Et pour les adultes? N’est ce pas plus facile d’avoir des vacances plus courtes? Comment tu t’organises?

      1. pomdepin dit :

        Je travaille en primaire, dans l’ecole ou vont mes filles’ Ca aide!

      2. theworkingmum dit :

        Oh que oui! Le pied alors 😉

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s