Doit-on être mère pour être une femme accomplie?

Je vais en décevoir plus d’une et d’un : je ne vais pas répondre à cette épineuse question ! (Scandale!!) Pas de généralité absolue !  J’ai lu deux citations qui m’ont amené à cette très sérieuse réflexion commencée il y a déjà quelques temps : doit-on être mère pour être une femme accomplie? J’ai trouvé ma réponse ces derniers jours avec mon séjour à 8 000 km de chez moi sans mari et sans enfant. Voici ces deux citations qui soulèveront toujours un tsunami même chez les meilleures amies !

« La femme tout entière est modelée et préparée de loin pour cet auguste office de la maternité, qui est le but suprême de sa vie terrestre. » du Docteur J.B. Fonssagrives (Extrait du L’Education physique des jeunes filles)

La première citation, j’aurais pu même du ne pas la mettre : ce manuel de L’Education physique des jeunes filles est une honte pour notre XXIè siècle. La femme n’est faite « que » pour ça : faire son devoir conjugal (amen), avoir des enfants et les élever en restant cloitrer à la maison. Ce manuel a été publié en 1869 ce qui peut expliquer les âneries… Ou pas… Mais je ne peux qu’être d’accord avec le fait que nous sommes modelées parfaitement! Moins douillettes que les hommes (siiiiii !!!), et surtout je me rappelle comment tout s’est parfaitement mis en place : les montées de lait et l’allaitement qui suit, les contractions… Bref, je ne cesse de dire que le corps humain est une formidable de machine (quand elle fonctionne)

De là à dire que c’est le « but », cela justement met le doigt sur les femmes qui décident de ne pas avoir d’enfants ou qui ne peuvent pas en avoir. D’où la culpabilité ou la question récurrente ou encore la justification permanente… Avant d’avoir ma fille, j’étais bien! Le travaillais beaucoup, m’y accomplissais, j’étais disponible pour mes amis et ma famille, je découvrais le monde… Et je me posais beaucoup de questions sur ce monde plutôt égoïste, sur sa pérennité, les valeurs (ou le manque de valeurs) et je me disais mais pourquoi y rajouter un enfant alors que parfois ce monde m’écoeure! Super-papa-chéri a croisé ma route et autant dire qu’aujourd’hui j’ai fait le choix d’avancer, d’être optimiste et de donner le meilleur au quotidien. Se regarder l’un l’autre dans le blanc des yeux oui, toujours, mais ce n’était pas suffisant.

Place à  la seconde citation :

«Vivre la naissance d’un enfant est notre chance la plus accessible de saisir le sens du mot miracle.» Paul Clavel

Je n’ai pas pris conscience du chamboulement qu’a été la naissance de ma fille, ni même d’ailleurs la grossesse. C’était le cycle « normal de la vie ».

Finalement, ça a été mon miracle. Je le reconnais quelques années après. Devenir maman m’a radicalement changée. Mon bonheur passe par son bonheur, les sourires quotidiens de ma fille sont mon moteur, ses câlins et marques d’amour sont des boosters incomparables. C’est le don de soi. C’est comprendre la force de l’amour inconditionnel. C’est comprendre que je suis enfin attachée à la vie pour donner à ma fille un socle solide et pouvoir la laisser s’envoler. Bien entendu je pense toujours à moi et mon couple. C’est un équilibre complexe mais c’est le prix à payer pour connaître ce chaboulement. Je ne veux pas convaincre les femmes qui ne veulent pas d’enfants. Chacun est libre. J’étais heureuse avant et je le suis aujourd’hui.

En quittant samedi mes chéris pour une dizaine de jours, j’ai encore plus toutes les images de ma fille, loin des yeux mais encore plus proche du coeur… Je ressens que je souhaite aujourd’hui un équilibre parce que je suis devenue maman : mon bien être au quotidien, j’essaye de doser, mois travailler comme une folle pour avoir du temps qualitatif.

Je me suis révélée, vouloir transmettre mais laisser une grande autonomie : lui apprendre à faire la cuisine, la laisser faire ses expériences, la rendre curieuse en variant les activités, ne pas la faire rentrer dans un moule et prendre en compte qui elle est.

J’ai découvert une partie de moi en devenant maman peut-être même celle que je préfère le plus ! Alors oui pour moi, je peux dire qu’aujourd’hui je suis accomplie, prête à relever des challenges et même à subir quelques creux : mon essentiel c’est ma famille, j’ai cette force aujourd’hui !

Working girl est devenue Working mum le 21 mai 2011
Working girl devenue Working mum en mai 2011

Et chez toi? Quel bilan de la parentalité?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Emilia dit :

    eh bin je dirais q j’ai détesté la grossesse et que je n’ai pas ressenti de relation d’amour intense et immédiate envers mon bébé. Ca a mis du temps à se mettre en route, on s’est apprivoisé mutuellement et l’amour est venu avec le temps, de plus en for à mesure qu’elle apprenait à me le rendre. Aujourd’hui c’est le centre de ma vie mais il m’arrive de regretter le temps d’avant, même s’il est devenu impossible de la regretter elle puisque le monde ne pourrait tourner sans son existence ( logique). Après j’ai souffert de tout lui sacrifier les deux premières années, aujourd’hui je revis avec un nouveau travail. Evidemment, ma façon de voir les choses a changé. Ma sérénité d’esprit me manque. L’angoisse permanente l’a remplacé. Si je n’avais été mère, j’aurais continué à exister quand même et à remplir ma vie d’autre chose ( voyages, danse, écriture, dessin… bref tous ces projets qui sont en stand by depuis bb). Etre mère, c’est bien, pour pourquoi ce serait notre seul bonheur?

  2. Valérie de WonderMômes dit :

    Même bilan pour moi 😉

  3. doublerose dit :

    la question est même plus large et s’étend aux hommes. Je pense qu’outre l’aspect physique de « porter et donner le vie », qu’effectivement ils ne vivent pas de la même manière; le fait qu’après être devenu parent le but de la vie change, la volonté de créer un monde meilleur pour nos enfants, de faire pour eux et par eux, c’est quelques chose que partage les parents, homme comme femme.

  4. Aloès dit :

    Cette photo est juste merveilleuse ! On ne dirait pas que tu viens de mettre au monde un enfant, tout comme on la sent paisible et détendue 😉 Pour revenir à ta question, la maternité a tout changé pour moi. Pas dans un premier temps, mais avec du recul. Je suis devenue femme en devenant mère, mes convictions sont nées avec mes enfants, ma voie aussi. Bref, un sacré bouleversement que je n’attendais vraiment pas.

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s