Ses premières histoires {Autonomie youpi!}

Depuis quelques jours, j’entends ma fille pour la première fois qui se raconte des histoires. Habituellement, c’était plus à moi de manipuler sous ses ordres voir de donner quelques idées de scénario (et ma créativité étant très limitée, dur dur! je me soigne mais je suis une cartésienne!). J’avoue que même si elle continue à donner ses ordres « maman, tu viens jouer avec moi », « viens manger », je ne résiste pas longtemps à m’insérer dans ses histoires vu le sourire coquin qu’elle rajoute sur son joli visage.

C’est elle qui prépare ses décors, qui donne le rôle à ses personnages et qui lance l’histoire. C’est souvent un mix des livres du soir que je lui raconte toujours dans notre rituel de plus d’un an. Elle ajoute également les prénoms de ses camarades de classe ou en invente carrément !

« Viens cheval, on va aller faire une course », « Allez on part en vacances on prend l’avion pour La Réunion », « C’est heure de manger, j’ai préparé le repas »

C’est attendrissant de l’entendre jouer avec sa petite voie fluette. Quand elle joue seule dans sa chambre (car la nouveauté est que les jeux ne se passent plus non plus systématiquement dans le salon), je m’approche doucement pour l’écouter et regarder si réellement elle joue ou si elle s’ennuie. Oui, au départ, t’es plus surpris et perplexe qu’à faire la danse de la joie.

Elle est donc aujourd’hui officiellement autonome. On fête ça?!

Ce n’est plus le bébé qu’il fallait sortir car il tournait en rond à la maison. Aujourd’hui c’est une petite fille qui aime toujours sortir et se dépenser mais qui sait s’occuper à la maison, faire des activités diverses dont fait aussi partie la télévision (et je l’accepte sans que ce ne soit que ça tout le temps), la peinture, le découpage ou le chahutage (faut pas rêver non plus!). Je ne suis plus à me speeder à tout prix mais aussi à reprendre un rythme un chouille plus cool. Rester en pyjama plus longtemps, lire tout mes emails pas en diagonale… C’est aussi agréable. Les jours de pluie ne me font plus peur car il y a de nombreuses options de jeux et de sorties aussi à l’extérieur.

C’est une petite fille que je peux interrompre pour lui proposer de sortir avec moi, c’est elle qui choisit de rester à la maison pour continuer à jouer avec ses Playmobil ou de sortir avec moi (ce qu’elle continue de préférer).  Puisqu’elle a le choix, c’est aussi moins de crise (même si je n’en avais pas non plus énormément).

playmobil

Le rangement des jouets est un peu moins facile. Là il faut l’aider mais j’ai des bacs différents pour retrouver facilement les différents jeux : un bac Lego, deux bacs Playmobil, un bac Barbie, un bac voitures et petit train. C’est donc pratique et logique (sauf pour super-papa-chéri qui continue à se tromper – no comment). Celui qu’on sort le plus est celui est Playmobil. C’est sans aucun doute celui qui permet le mieux de jouer en autonomie : les Barbies doivent encore être habillées par moi, les Lego empilés par moi…

playmobil piscine

C’est vrai que les bébés, on a envie de les pouponner, de les cajoler, mais à presque 4 ans, c’est aussi une autre relation. J’apprécie même si je repense souvent à la phase de collé-serré… C’est aussi ça être parent : découvrir d’autres avantages et en laisser d’autres aussi derrière soi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Et je réalise en lisant ce billet que nous avons le même thème ! Je promets que je ne l’ai pas fait volontairement… Disons que nous sommes juste deux femmes de goût 😉 !

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s