Etre en couple mais vivre séparement

Quand j’étais ado, il n’y a donc pas si longtemps, vous confirmez tous j’en suis sure, j’avais entendu parler d’un couple de people dont j’ai oublié le nom (car en réalité, ça date!!) qui avait un enfant en commun et qui ne vivait pas ensemble. Ils habitaient tous les deux Paris et plus précisément le quartier de Montmartre, genre à quelques pâtés de maison. Je ne comprenais pas l’intérêt. Avec le temps et surtout un bébé, j’ai clairement compris que c’était la routine qui tuait certains couples et que parfois, prendre un peu ses distances servaient à raviver la flamme. Pour autant, je ne pensais pas que je pourrais un jour rentrer dans cette catégorie. Celle des « LATs » (Living Apart Together= en couple mais chacun chez soi).
C’est une tendance qui se développe petit à petit. 8 % des Français âgés entre 18 et 79 ans vivent une relation stable non cohabitante, soit près de 3.8 millions de personnes.

Vivre séparément permettrait de ne prendre que les bons côtés… Est-ce réaliste?

Pour tous, il s’agit de choix: soit on est encore étudiant (26% des hommes et 31% des femmes de 18 à 24 ans) et assez logiquement, on est encore chez ses parents, soit on est senior et on a clairement plus envie de faire des concessions « à son âge » (près de 10% sont des retraités) ni d’imposer ses mauvais côtés ni, ni, ni. Il y a plein de bonnes raisons à croire. Entre les deux, il y a les 25 et 65 ans: 17% refusent de vivre en couple.

Dans notre cas, cela nous a été imposé même si on aurait pu dire non.

Super-papa-chéri a eu une opportunité: il est rentré en formation mi février pour monter en grade en tant que marin. Elle est sur Cherbourg. Durée: 4 mois. Nous étions encore à la Réunion quand nous avons su que nous avions ce choix à faire. En à peine quelques jours, il a plié bagages et est parti. Nous sommes restées plus longtemps avec bébé pour raisons logistiques. On a décidé que ça valait le coup d’essayer, que s’il ne le faisait pas cette formation on se poserait tout la vie cette question « et si? ». Nous pensons que parfois la réussite ou le bonheur implique quelques désagréments (genre avoir un bébé et devoir perdre les kilos de la grossesse… entre autres!).

Pour le moment, nous nous verrons le week-end car cela s’est aussi vite décidé: je reste avec bébé sur Paris. Hors de question de refaire le parcours du combattant du « nouveau expatrié »: refaire un réseau social, retrouver ses marques de quartier et dans un nouveau logement, visiter une ville seule et dans le froid…  J’ai envie de retrouver mes marques parisiennes et mes ami(e)s, de faire profiter notre fille des nombreuses activités qu’offre Paris, que la famille en profite aussi… Je suis contente et triste aussi: que sa fille ne profite plus de son père chaque jour. Je sais néanmoins qu’elle ne va pas l’oublier et bien en profiter le week-end! Idem pour moi: avoir un mari qui rentre le soir si fatigué qu’il en devient irritable… Non, la distance peut faire du bien. Il a besoin aussi de réviser, comme tout étudiant et donc la vie de famille peut, un temps, ne plus lui convenir. Nous verrons. Nous envisageons pourquoi pas le rejoindre dès que le temps sera plus clément sur une semaine ou deux… A voir comment nous gérons la distance.

Coucher de soleil depuis le voilier où l'on s'est rencontré
Coucher de soleil depuis le voilier où l’on s’est rencontré

J’ai compris une chose avec le rythme de travail subi quand nous étions à la Réunion, 6 jours sur 7 et de 7H à 20H: finalement les embarquements de quelques semaines (7 en moyenne) peuvent être bien vécus (en théorie): quand ton homme n’est pas là, certes il te manque, mais quand il est là, il l’est à 100%.

Le travail de marin avec ces diplômes reconnus à l’international (dans environ 150 pays) nous permettra, sans doute, de continuer à voyager d’ici la fin de mon congé parental, qui sait?

Vivre séparément implique de nombreuses heures au téléphone
Vivre séparément implique de nombreuses heures au téléphone

Me voici donc du jour au lendemain, tout comme lui, parachutés dans deux vies parallèles. Vite prendre un téléphone et en illimité pour l’appeler… Relire les SMS et email d’amour plusieurs fois comme l’adolescente que l’on est plus mais comme si on revivait son premier amour… Serrer l’oreiller d’à côté en se disant « bientôt, bientôt »… Et cette fois-ci gérer bébé seule, personne pour franchir la porte, même tard le soir, pour secourir une fatigue passagère ( quand le bain et le diner sont donnés) et juste réconforter maman dans son rôle et utilité. Car voici ma réalité de ma nouvelle vie: la solitude. Certes, nous sommes redevenus « fleurs bleues », certes finies les embrouilles sur la vaisselle ou le linge ou… Mais vive le téléphone. Moi, qui l’avais oublié pendant notre périple réunionnais, nous vivions avec un seul téléphone pour deux et un crédit bloqué de 20 euros!! Quel changement, à moi le cancer de l’oreille ou du cerveau en une seule semaine! Le téléphone… Je n’aime pas, c’est un passage obligé alors je fais mais sans plaisir aucun.

Oui, les retrouvailles sont sympathiques chaque semaine mais il faut gérer à peine 48 heures après, une séparation et la perspective de continuer seule. Certes, que je ne me plaigne pas, je l’ai choisi et je ne parle ici que d’une petite semaine. Cela me permet de tester comment cela se passerait en cas de départ plus long et d’indisponibilité du cher et tendre car certains embarquements ne permettent pas d’appeler quand on veut. Alors j’imagine que tu tries les infos à dire… Et que petit à petit, tu ne partages plus ton quotidien. Est-ce l’on s’habitue par la suit et cela devient « normal »? Et quand il faut revivre à deux, est-ce comme la première fois à redécouvrir l’autre et ses défauts? Que fais-tu en cas de baisse de moral? Je sens déjà que je n’aime pas me sentir en couple à moitié. Je me sens majoritairement mère célibataire à devoir gérer seule. Je ne dis pas ça pour faire culpabiliser, ce choix lui coûte sans doute plus à lui! Je pense que cette vie ne durera qu’un temps, jusqu’à mi Juin c’est sûr puis le reste est à voir! Hors de question également de faire cette formation pour rien: rester près de nous et refuser de belles offres. C’est pourquoi voyager à ses côtés, on y pense de plus en plus.

Le statut d’expatrié nous va bien finalement !

Signe que l'on est sur la bonne voie?
Signe que l’on est sur la bonne voie?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

Advertisements

11 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Blablatine dit :

    Bienvenue dans mon monde :p Non plus sérieusement, tant que c’est pour quelques mois, bien sûr que cela se tente, ça peut même vous permettre de trouver vos marques et votre rythme de retour à Paris ! Perso j’ai tenu un an et demi et il s’agissait de 4 ans, comment ? Simplement en restant en contact par des petits textos, des appels (oui le téléphone deviendra ton meilleur ami) mais tu vas aussi vivre à fond ces week-ends de retrouvailles, alors vis ça comme une parenthèse et n’oublie pas que vous avez tenu au bout du monde, donc là on va boire un verre quand tu veux ma belle parisienne et tu te retrouves un peu aussi, prends du temps pour toi, pour écrire, pour revoir Paris… Bisettes ! A très vite 😉

  2. ça résonne beaucoup en moi … Mon Chéri commence cette semaine et pour de longs mois à travailler sur Paris… on ne se verra que le we, franchement ça fait très bizarre !!

    1. theworkingmum dit :

      Aie, aie, aie!! Courage

  3. Moi je dis tout comme DG ! Sinon vivre la distance c’est pas évident mais pour vous ça en vaut le coup 🙂

  4. swagmummy dit :

    Je me retrouve juste complètement dans ton article.. Depuis notre rencontre (oufff ça remonte à presque 8 ans) on a vécu loin l’un de l’autre par la force des choses… Études, boulot…c’est la première fois que vraiment on vit ensemble depuis bientôt un an.. J’apprécie évidemment 🙂 mais je sais aussi que bientôt surement on sera à nouveau séparés, ça fait partie de notre vie.. Même si aujourd’hui je préfère notre vie à 3, je sais qu’on tiendra le coup éloignés.. Ainsi va la vie 🙂 gros bisous !!

    1. theworkingmum dit :

      Je trouve que c’est encore différent quand on est trois… Je pense bcp à ma fille, à l’impact sur elle…. Quitte à m’oublier parfois… Courage, bisous!

  5. DarkGally dit :

    Hey c’est tout comme moi !!! Moi aussi je vis dans mon propore appart et mon amoureux dans le sien !! C’est juste qu’il ne sait pas encore que j’existe mais ça viendra bien un jour !

    Sinon, pour retrouver tes copines parisiennes…j’ai plein de dispo :p

    1. theworkingmum dit :

      Yes, on se prévoit un truc à la maison mi mars (je vis chez belle maman ou mon frère en ce moment!!) avec la miss Bavarde!!

  6. Tan Lynda dit :

    Je sais que tu n’es pas le seule à vivre ainsi mais j’avoue que je m’imagine mal dans la situation… nous c’est tout le contraire en plus ! Depuis 2008, on vit pour ainsi dire 24/24 ensemble, on travaille toujours dans la même pièce, on sort ensemble et on vit ensemble (logique)… Ce n’est pas qu’on est fusionnel à ce point, c’est juste les opportunités qui ont fait que… et ça nous va bien. Par contre, c’est vrai que du coup on n’a plus autant de discussion puisqu’on vit la même chose. On ne s’appelle plus si ce n’est pour des détails pratique et les sms servent juste à dire « bien arrivé ». J’espère que vous trouverez votre équilibre ! 😉

  7. Anne Lise dit :

    je ne savais pas que tu étais rentrée. tu as raison de ne pas tenter l’aventure d’une nouvelle ville inconnue et froide après la RUN. c’est un tue l’amour! et je parle en connaissance de cause 😉 mieux vaut une femme épanouie avec ses repères un peu loin de son homme qu’une ex expat depressive tout prés. Bon courage

    1. theworkingmum dit :

      T’as trop tout bien résumé!! Merci

Inspiré? Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s